vendredi 22 septembre 2017

Exclusif : André Perrin : le philosophe au service de la liberté d'expre...

LE FRONT NATIONAL, UN PARTI COMME LES AUTRES ?

La démission de Florian Philippot du Front national n’a pas fini de faire causer dans les chaumières et sur les plateaux de télévision. L’occasion d’y voir un brin plus clair ?
Quand les médias affirment que le Front national n’est pas un parti comme les autres – ce que prétendent également ses dirigeants –, c’est assez vrai ; mais pas forcément de la manière dont on l’entend communément. Deux raisons, pour commencer, voulant que la marginalité attire fatalement les marginaux et l’adversité les fortes têtes, cocktail par nature explosif auquel s’ajoutent encore deux autres raisons : la dimension familiale et amicale de sa direction. C’est à la fois la principale force et l’indéniable faiblesse du Front national.
Chez les concurrents, bien sûr que l’affect et la psychologie jouent sur le bon ou le mauvais cours des événements. Mais chez les lepénistes, cette dimension humaine est encore plus exacerbée. On s’y aime, on s’y déchire. On s’y fâche, on s’y réconcilie. On y pratique la culture du secret, on s’y donne en spectacle.
Jean-Marie Le Pen n’est pas le premier homme politique divorcé de France ; c’est le seul dont l’ex-femme a posé nue dans Playboy. Le Front national n’est pas le seul parti de France à avoir connu une scission ; c’est le seul dont le siège était tenu par des hommes en armes. Les « fils de » et les « filles de », les concubins et les conjointes, les épouses et les maris sont légion en politique, surtout en France ; mais le Front national demeure unique en son genre.
Le père pousse sa fille à la présidence du mouvement. Elle est aidée à la manœuvre par deux de ses beaux-frères – Samuel Maréchal et Philippe Olivier, chacun leur tour en disgrâce et en cour –, avant d’exclure son père dans un de ces psychodrames familiaux coutumiers des habitués de Montretout. Puis, Marine Le Pen dirige le Front national avec, entre autres proches, son compagnon, Louis Aliot, et un Florian Philippot victime, lors de leur première rencontre, d’un « coup de foudre amical et professionnel ». Pendant ce temps, c’est la nièce, Marion Maréchal-Le Pen – fille du Samuel Maréchal plus haut évoqué –, qui crée la surprise, encouragée par son grand-père, Jean-Marie Le Pen.

La véritable histoire de Robin des Bois - Au coeur de l'histoire

jeudi 21 septembre 2017

Florian Philippot se retire du FN - Journal du jeudi 21 septembre 2017

L’avenir d’une nation appartient au peuple des citoyens

CarteElectorale-Twitter-588x300.jpg
Les Français, qui attendent un éclairage sur la direction de l’avenir de leur pays, ont enregistré, lors d’un discours présidentiel, peu explicite, proclamé à Athènes, la confirmation que « la reconquête de notre souveraineté, c’est une nécessité première ». Mais (« en même temps » !), ils ont été surpris d’apprendre que « la souveraineté véritable […] doit se construire dans et par l’Europe […] » en vue de « bâtir une puissance européenne », alors qu’aucune allusion n’était faite à la désagrégation de notre pays.
Une telle affirmation rhétorique, en contradiction avec l’esprit de Périclès au service exclusif de sa cité d’Athènes, appelle quelque correction. L’Union européenne, dans l’état actuel d’une structure hétéroclite, sans âme, privée de vision d’avenir, ne peut prétendre à la souveraineté tant qu’elle n’a pas la capacité de prendre les décisions dans l’intérêt des nations qui la composent, notamment pour le phénomène migratoire, le développement économique de l’Afrique, la lutte contre la fraude fiscale. Par contre, la souveraineté est le propre de toute nation, notamment de la France de 2 000 ans d’existence. C’est l’affaire des citoyens, héritiers d’une trajectoire historique et respectueux des générations qui les ont précédés. Notre vision d’avenir demeure liée au rapport des Français à leur histoire, aussi respectable que l’histoire des familles.
De telles affirmations péremptoires signifient-elles que la réforme nécessaire pour consolider l’organisme vivant de la nation devrait laisser la place à la transformation consistant à vider la France de sa substance multiséculaire afin de la diluer dans un magma européen ou une nébuleuse mondialiste ?

La droite doit abroger la loi Taubira

Lu dans Les 4 Vérités, suite à la déclaration de Marlène Schiappa annonçant l'extension de la fabrication artificielle d'enfants :
Capture
Michel Janva

Lettre ouverte à nos amis encore au Front National, par Alain Escada, président de Civitas

Même les plus aveugles, même les plus inconditionnels, tous doivent bien admettre ce matin que le Front National est entre-déchiré et ressemble à un radeau à la dérive.
Ce n’est pas Civitas qui pleurera sur le sort de Florian Philippot, dont les mœurs dissolues l’avaient conduit à considérer sur un plateau de télévision que la défense de la famille n’avait pas plus d’importance que la culture des bonsaïs, ni sur celui de Sophie Montel qui estimait que le discours du FN sur l’immigration était trop “anxiogène”.
Mais ces départs – outre qu’ils préfigurent l’apparition prochaine d’un parti philippotiste – amorcent la nuit des longs couteaux au sein d’un FN dont plusieurs cadres rivalisent déjà pour succéder aux partants. Et surtout, il faut bien constater que tous les lobbies de l’anti-France restent bien présents au sein même de l’état-major du FN et vont continuer à le miner de l’intérieur.
Le lobby LGBT s’est emparé de nombreux leviers de commande au sein du FN et se renforce par cooptation. La franc-maçonnerie y est également ouvertement représentée et pas seulement par un Gilbert Collard qui, sans être corrigé par la présidente du parti, avait déclaré devant des représentants d’organisations juives que lorsque Marine Le Pen disait “La France aux Français”, elle pensait “La France aux Juifs”, tandis que Louis Aliot faisait pleurer dans les chaumières en précisant qu’il porte au cou l’étoile de David de son grand-père rabbin et que Nicolas Bay faisait un pèlerinage à Yad Vashem.
Est-ce vraiment de cette façon que le Front National pense servir la cause de la France et des Français ?
Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs élus régionaux et municipaux du FN, ainsi que des responsables locaux qui ont consacré des années de leur vie à implanter ce parti, et j’ai écouté leur désarroi. 
Je m’adresse à eux et à vous tous en toute franchise sur quelques points essentiels. 

Vive l'Europe : Maître Boddicker, historien du rap autodidacte (septembr...

Quand Nokia ne tient pas ses promesses faites devant M. Macron...

« Les promesses n'engagent que ceux qui y croient », expliquaient ironiquement et cyniquement jadis MM. Chirac et Pasqua, en bons politiciens qu'ils étaient. Mais ce qui semble vrai en démocratie d'opinion contemporaine l'est encore plus, et avec des conséquences parfois dramatiques, dans le domaine économique, en particulier dans cette « économie sauvage » que la mondialisation permet au nom du Marché et de ce libre échange qui se veut et se proclame « sans entraves », en particulier sociales ou environnementales. Ainsi Nokia, entreprise finlandaise, annonce-t-elle la suppression de 597 emplois (surtout sur les sites de Lannion et de Saclay) d'ici 2019 alors que, au moment de son rachat d'Alcatel-Lucent en 2016, elle promettait la création de 500 emplois au moins en France, et s'y engageait même devant le ministre de l'économie de l'époque, un certain Emmanuel Macron... Mais est-ce vraiment une surprise ?
L'histoire nous apprend que, dans le cadre de la mondialisation, la recherche de la plus grande profitabilité financière, en particulier sous la pression exigeante des actionnaires, nouveaux maîtres et tyrans de l'économie mondiale, prime sur toutes les autres considérations, à quelques exceptions près. Comme l'écrit Elsa Bembaron dans Le Figaro en son édition du 15 septembre dernier, en pages économie : « L'histoire se répète malheureusement. Une fois passée sous pavillon étranger, une entreprise française, fût-elle un fleuron de son domaine, a une fâcheuse tendance à voir les emplois nationaux s'évaporer. Nokia n'échappe pas à la règle. » Règle de la mondialisation sans frontières, de la « fortune anonyme et vagabonde » qui s'impose au détriment des hommes et des nations...

Départ de Florian Philippot. Pour Gilbert Collard, “Marine veut reprendre la maîtrise complète de son discours”

collard_sipa-600x348.jpg
Le désormais ex vice-président du front National Florian Philippot a annoncé son départ du parti jeudi 21 septembre, une décision “purement relationnelle” pour Gilbert Collard. Sophie Montel, très proche de Florian Philippot, a quant à elle imité le vice-président du parti en claquant la porte du Front national.
Selon Gilbert Collard :
Marine veut reprendre la maîtrise complète de son discours, et elle a bien raison.
Pour le député Rassemblement bleu Marine du Gard, le départ du vice-président Florian Philippot est “un événement surinterprété” :
Marine lui a retiré ses délégations, elle le remet à sa place égalitaire, la place qu’on a tous, c’est tout. Il a fait le choix de partir.

DIMANCHE 1er OCTOBRE À RUNGIS : DES ARTISANS EXPOSENT À LA JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE. VENEZ RENCONTRER PIERRE CHABOT, LE PLOMBIER

2017 11 JNI P CHABOT.jpg
EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

Discours de Jean-Frédéric Poisson sur la construction d'un rassemblement pour la France

Discours de Jean-Frédéric Poisson (Président du PCD) à l'Université de Debout la France, sur la construction d'un rassemblement pour la France autour d'un programme commun.

Jean-Marie Le Pen - RTL Soir

Gabriele Adinolfi nous présente ses projets

ADINOLFI G 2.jpg
Quelques jours avant la XIe Journée de Synthèse nationale qui se déroulera le dimanche 1er octobre à Rungis près de Paris, Gabriele Adinolfi qui y prendra la parole nous présente ici ses projets et ses organisations.
Êtes-vous un nouveau mouvement politique ?
Non, et nous n'avons pas l'intention d'en devenir un. Mais nous sommes activement impliqués dans la politique sous toutes ses formes.
Êtes-vous un nouvel institut métapolitique ?
Non. Nous avons une forte propension au rôle métapolitique, mais toujours voué à la politique et à l'économie, c'est-à-dire dans tous les domaines où l'on peut livrer un combat.
Êtes-vous un groupe radical qui croit posséder le monopole de la vérité et la réponse à tout ?
Nous ne sommes pas une secte qui vit béatement assiégée dans un château de sable. Nous ne marchons pas non plus, tous vaniteux, en nous disant combien nous sommes beaux. Tout le contraire.
Êtes-vous contre les partis politiques ?
Les partis politiques sont un moyen de communication et de mobilisation et sont des sources économiques. Ensuite, ils sont des organes d'administration.
Ils doivent être conçus en tant que tels. Nous sommes contre l'abdication des cerveaux et des énergies au profit du schéma électoral seul et nous ne croyons pas à la délégation ni à l'efficacité de la démocratie. Les partis sont comme des leviers: ils servent les points d'appui et l'intelligence pour déplacer les rochers. Sans cela, ce sont des bois inertes.

Regrettable

Une fois n’est pas coutume, en ce jour de gréve et de manifestations  contre la loi travail , Claude Askolovitch citait ce matin dans sa revue de presse sur France Inter le site Fdesouche, dont les connections avec certains journalistes  lui permettent d’avoir accès à des informations fiables précisait le chroniqueur. Il relayait ainsi les explications avancées sur la disparition depuis une semaine dans les colonnes  du  Figaro des chroniques du très droitier Yves de Kerdrel, à la tête  de Valeurs actuelles. Un passage aux oubliettes, est-il avancé, qui aurait pour cause l’antimacronisme virulent de M. de Kerdrel,  à l’heure ou le quotidien de la droite libérale soutient franchement la loi travail  de  M.  Macron, comme une très large majorité des pontes de  LR.  Depuis New York, dans un entretien accordé hier à CNN, Emmanuel Macron, comme tous ses prédécesseurs confrontés à des manifestations contestant les politiques menées, a affirmé qu’ il  « (croyait) en la démocratie, mais la démocratie ce n’est pas la rue. » La démocratie ce n’est pas non plus transformer l’Etat français en simple chambre enregistrement des oukases de la commission européenne,   abdiquer  la souveraineté du peuple français en la confiant entre les mains douteuses  de l’oligarchie bruxelloise ou des officines atlanto-mondialistes. La démocratie cela consiste aussi à  respecter le pays réel, à faire en sorte que les millions d’électeurs nationaux soient représentés à la hauteur de leur poids politique  à l’assemblée. De démocratie, interne au Front National celle-là, il est aussi finalement question avec la démission  annoncée de Florian Philippot qui estime que le courant qu’il incarnerait n’aurait plus sa place au FN.  
Hier, Marine a publié un communiqué dans lequel elle écrivait :  « Florian Philippot, sollicité par mes soins, n’a pas répondu à la demande de mettre un terme au conflit d’intérêts résultant de sa double responsabilité de vice-président du Front National chargé de la stratégie et de la communication et de président de l’association Les Patriotes ». Aussi , en conséquence, « j’ai pris la décision de lui retirer sa délégation à la stratégie et à la communication. Sa vice-présidence sera, à compter de ce jour, sans délégation

Université d'été catholique et identitaire

FN : Louis Aliot se réjouit du départ de Florian Philippot «extrémiste sectaire, arrogant et vaniteux »

Les mots fleuris pleuvent sur Florian Philippot dont le départ réjouit quelques pontes du FN.
Le premier à avoir exprimé publiquement sa joie fut Louis Aliot, l’autre vice-président du FN et accessoirement le concubin de Marine Le Pen.
Sur twitter il a lancé quelques piques bien acérées à son ancien collègue :
Le @FN va enfin connaître l'apaisement face à un extrémiste sectaire, arrogant et vaniteux qui tentait de museler notre liberté de débattre.
Tous les talents et compétences méprisés par l'amicale des privilégiés à grosse tête vont enfin pouvoir s'exprimer. Un nouveau souffle.

Francesca de Villasmundo  

Université d'été identitaire 2017

SCISSION FN : MÉGRET/ PHILIPPOT, COMPARAISON N’EST PAS RAISON

Dix-huit ans après l’exclusion des mégrétistes du FN, Philippot a pris la porte. La comparaison est tentante. Un Le Pen chasse une capacité médiatisée. Après le polytechnicien venu du RPR dans les années 1980, c’est au tour de l’énarque Philippot issu des rangs chevènementistes de passer au tourniquet. Mais la comparaison doit s’arrêter là, tant les divergences sont nombreuses !
Bruno Mégret est resté quatorze ans au FN. Il a largement contribué à structurer son appareil. À former ses cadres et ses militants. À s’en faire aimer, lui permettant ainsi qu’à ses amis de gagner les élections internes au congrès de Strasbourg (1997). À construire un courant de pensée avec la revue Identité, matrice du courant identitaire si important aujourd’hui. Bruno Mégret a aussi conduit des campagnes électorales brillantes faisant partout progresser les résultats. Recueillant même à Vitrolles, avec son épouse Catherine, plus de 50 % des suffrages avec une participation au vote de plus de 90 % des inscrits : un record qui reste à battre au FN ! Bruno Mégret bénéficia aussi d’une bonne image médiatique assez vite instrumentalisée contre Jean-Marie Le Pen. Les couvertures d’hebdomadaire sur le thème « Mégret plus dangereux que Le Pen » contribuèrent à nourrir la méfiance réciproque. Lors de la scission, plus de la moitié des élus et des responsables suivirent Mégret, entraînant avec eux les militants de leurs fédérations. Mais une fois chassé du FN, Mégret fut prié par le Système de renoncer aux aspérités de son programme sur l’immigration, ce qu’il refusa de faire. Alors, les lampions médiatiques s’éteignirent. Et avec un Internet balbutiant et des réseaux sociaux inexistants, l’absence de visibilité médiatique conduisit à la défaite de Mégret aux élections européennes de 1999 (3,5 % pour le MNR [Mouvement national républicain], 5,5 % – et des élus – pour le FN).

FN : Sophie Montel quitte à son tour le FN

Proche de Florian Philippot, militante pro-avortement, Sophie Montel annonce à son tour sa démission du FN. Une bonne nouvelle :
Robert Ménard se réjouit et appelle à un changement de ligne :
Et Louis Aliot :
Le @FN va enfin connaître l'apaisement face à un extrémiste sectaire, arrogant et vaniteux qui tentait de museler notre liberté de débattre.
Michel Janva
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html