jeudi 24 janvier 2019

Une (des) liste(s) GJ aux européennes: une bonne idée?

agora.jpgLe sondage Elabe  pour BFMTV publié hier confirmerait une embellie pour la liste LREM/MoDem aux élections européennes qui retrouverait le  score d’Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle (23,5%). En seconde position,  le Rassemblement National  est crédité de 20,5%, loin devant LR  (12,5%), LFI (9,5%),  EELV (9%),  le PS (6%), DLF (5%) ,le PC (2%), Les Patriotes (1,5%)… BFM précise sur son site que  l’enquête a été publié avant l’annonce du lancement d’une liste de “Gilets Jaunes”, menée  Ingrid Levavasseur. Le sondage  émettait cependant l’hypothèse  d’une telle liste, qui pénaliserait  principalement le Rassemblement National, puisque dans ce cas de figure LREM arriverait en tête avec 22,5% des suffrages, le RN  à 17,5%, la liste GJ à 13%, LR à 11,5%…  « Pour comprendre les bons augures autour des listes LaRem/MoDem et EELV, qui enregistrent les gains les plus nets, il faut examiner l’intérêt suscité par le rendez-vous électoral. Et il est encore bien limité, avec 53% de Français se disant intéressés (…). De plus, les électorats les plus pro-Union européenne, bien qu’avec certaines réserves parfois, concentrent l’essentiel de ces concitoyens enthousiastes à l’idée de se rendre dans l’isoloir (…). Les électorats les plus partagés quant à la marche des institutions européennes sont aussi les moins enclins à se passionner pour le sujet. La perspective de l’élection n’éveille l’intérêt que de 51% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 55% de ceux de Marine Le Pen. Dans la population, ce sont les jeunes et les classes populaires qui s’annoncent les moins intéressés, avec des seuils respectifs de 41% et 42%. Les cadres et les classes moyennes envisagent bien davantage le vote, avec 69% d’intéressés dans le premier cas, et 56% dans le second. »

Macron légitime les Gilets Jaunes dans leurs actions

la libération.jpg
La lutte était bien juste hier comme aujourd'hui
Ce jeudi 24 janvier Emmanuel Macron a salué le "courage" des Vénézuéliens qui "marchent pour leur liberté".
Cette déclaration faite au moyen d'un message bref et clair sur Twitter légitime, si besoin était, toute action des Gilets Jaunes.
On notera au passage la farce de l'élection illégitime de Maduro mais on sait depuis longtemps et les récentes déclarations schiappesques au sujet de Galilée ont confirmé la chose que le système et la vérité historique ça fait deux voire sûrement trois, commission oblige.
On remarquera aussi le permanent problème de perception du réel tout comme celui avec les chiffres car ce qu'on constate dans la rue au Venezuela, ce sont surtout des centaines de milliers de citoyens soutenant le régime légal et pas une mobilisation en faveur d'un coup d'état mené et soutenu par l'étranger rappelant le coup d'état en Ukraine mené par l'alliance de néo-nazis, de la mafia et de mercenaires étrangers.

Tranche de vie 01 - la violence a l'ecole

UN CHAR CELTE DÉCOUVERT EN BULGARIE (FRANCE CULTURE)

Emmanuelle Gave : « Fraude à la Sécurité sociale, il est temps qu’une certaine transparence soit instaurée ! »

Déficit de la Sécurité sociale dû, selon une rumeur, à la crise des gilets jaunes, lutte contre les fraudes et présélection des maires susceptibles de participer au grand débat organisé avec Emmanuel Macron, autant de questions auxquelles répond Emmanuelle Gave au micro de Boulevard Voltaire.
Le trou de la Sécu serait une des conséquences collatérales du mouvement des gilets jaunes. Cette information vous paraît-elle crédible ?
Oui, bien sûr, je crois que c’est tout à fait crédible… Je pense que le mouvement des gilets jaunes est aussi à la source des invasions de sauterelles en Égypte et de la déforestation au Brésil ! Et je pense que l’on n’en parle pas assez. Je crois que si on était à l’époque des pharaons, les gilets jaunes auraient, aussi, été la cause des sept plaies d’Égypte ! Je ne suis pas tellement surprise, parce que monsieur Le Maire avait expliqué, avant les vacances de décembre, que la baisse ressentie dans l’économie était due à l’activité des gilets jaunes. Il est certain que si l’on bloque des centrales d’achats pendant le week-end, les gens consomment moins. N’importe quel individu de génie ayant raté ou non Normale Sup’ arrive à ce constat. Néanmoins, la baisse de l’économie n’est pas simplement due à cela. Je suis bien désolée pour monsieur Le Maire.

Perles de Culture n°197 : « Demain la dictature »

Anne Brassié vous conseille les films « Edmond », « L’heure de la sortie » et « Une affaire de famille ». Philippe Bornet présente ensuite son dernier ouvrage « Demain la dictature », préfacé par l’historien Jean Tulard et publié aux Presses de la Délivrance.

Oui, les journalistes ont des comptes à rendre, par Ivan Rioufol

ivan-rioufol.jpg
Les journalistes seraient-ils inattaquables ? Les imbéciles qui s’en prennent physiquement à des reporters de terrain, lors des manifestations de Gilets jaunes, se comportent comme des petits fachos. Les insultes que reçoivent des personnalités médiatiques laissent souvent voir la bêtise de leurs accusateurs complotistes. Tout ceci est insupportable. Pour autant, l’erreur serait d’ériger le journaliste en une sorte de martyr, ou de vache sacrée. “S’attaquer à la presse, c’est s’en prendre à un des piliers de notre démocratie”, avait déclaré Benjamin Griveaux, il y a un mois. “S’attaquer à la presse procède de la haine des libertés. A quand les autodafés ?“, avait dit avant lui Richard Ferrand, le patron des députés LaRem.
Ce lundi, sur RTL, le ministre de la Culture et de la Communication, Franck Riester, s’est à son tour indigné : “Les attaques répétées contre les journalistes ne devraient pas exister dans une démocratie comme la nôtre (…) On ne peut pas faire siffler les journalistes quand on est en démocratie“. Est-ce à dire que le journalisme serait un nouveau clergé, dont la parole ferait naturellement autorité ? Faudrait-il inventer un délit de blasphème pour punir ceux qui accusent la presse de ne pas toujours assumer sa mission d’information équilibrée ? Evidemment non. Les raisons de la défiance contre les médias et leur suivisme ne peuvent se réduire à des attaques contre la démocratie, comme le soutient le discours gouvernemental. Plaider pour une impunité médiatique reviendrait à assigner la presse à un rôle de caste protégée par l’Etat. Une obligée du pouvoir en somme. Non, merci ! D’évidence, les journalistes ne sont pas des petits saints. Ils ont naturellement des comptes à rendre.

Les patrons du MEDEF en gilet jaune

Les patrons du MEDEF en gilet jaune
Lu ici :
Le patronat partage “intégralement” le sentiment de ras-le-bol fiscal des gilets jaunes, mouvement dont il revendique “d’une certaine manière” la paternité, a expliqué mardi sur RFI le président délégué du Medef Patrick Martin. […]
Non seulement il les entend, il les comprend, mais il est d’une certaine manière à l’origine du mouvement, il s’y est associé, pourquoi? Parce que ce sentiment de ras-le-bol fiscal, nous le partageons intégralement”. “N’oublions jamais que les entreprises françaises sont au sein de l’OCDE celles qui supportent le plus d’impôts et de charges pour des résultats dans la sphère publique qui ne paraissent pas toujours optimum“, a justifié Patrick Martin.

Les malheurs de Macron : même à Aix-la-Chapelle il est sifflé


Pourquoi Macron et les siens doivent partir

Le traité d’Aix-La-Chapelle serait inconstitutionnel selon un professeur de droit (MàJ)

Le président français doit veiller « au respect de la Constitution, ce qui est loin d’être le cas » dans ce traité, affirme en effet le professeur à l’université Paris II-Panthéon-Assas, Olivier Gohin. Ce texte est « à travers ‘l’intégration’, la reprise du projet fédéralisant, mis en échec pourtant par le peuple français » quand il a rejeté en 2005 le projet de Constitution européenne, assure encore cet agrégé de droit public, réputé pour ses prises de position souverainistes.
(…) Au-delà de cette grille de lecture politique, que reproche-t-il au traité d’Aix-la-Chapelle? Le fait que la France puisse « être représentée par des politiques ou des diplomates allemands » au Conseil de sécurité de l’ONU serait « une atteinte à la souveraineté nationale », s’inquiète-t-il. Quant au renforcement de la coopération transfrontalière entre les deux pays, il se demande si une « collectivité européenne d’Alsace » sera une des parties de ce traité, « en méconnaissance du caractère constitutionnellement unitaire de la République française ».
En matière de bilinguisme, Olivier Gohin prend ses distances avec les critiques exprimées notamment par le Rassemblement national: il ne « s’agit nullement ici de rattacher l’Alsace à l’Allemagne ou, même, de ‘germaniser la plaine’: il faut savoir raison garder ». Pour autant, « la langue de la République est bien le français », prévient-il en mettant en garde contre l’introduction de l’Allemand dans la sphère publique en Alsace-Moselle.

Thierry Mariani : « Les Républicains n’ont plus de ligne politique cohérente ! »

thierry-mariani-les-r-publicains-n-rsquo-ont-plus-de-ligne-politique-coh-rente-AKUEb5jGA4c-845x475.jpg
Thierry Mariani, ancien ministre, ancien membre du parti Les Républicains, figurera en troisième position sur la liste du Rassemblement national aux élections européennes. Au micro de Boulevard Voltaire, il revient sur les raisons de ce choix politique et réagit après la signature, ce mardi 22 janvier à Aix-la-Chapelle, d’un nouveau traité entre la France et l’Allemagne.
Vous êtes n°3 sur la liste RN aux Européennes. Pouvez-vous nous rappeler pourquoi vous avez rejoint Marine Le Pen ?
Sur les questions européennes, je suis à 100 % d’accord avec les positions du Rassemblement national. Je ne peux même pas vous dire que je suis en désaccord avec celles des Républicains, puisqu’il n’y en a plus, ou plutôt il y a toutes les positions à la fois.
Je pense qu’on a, avec ces élections, une opportunité historique de changer le cap de l’Europe. Avec ce qui se passe en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie, en Autriche et bien sûr en Italie, un groupe extrêmement important peut réorienter l’Europe.
Je suis pour que l’on reste dans l’Europe, mais dans une Europe réorientée. On nous dit parfois que nous sommes contre l’Europe. Je réponds qu’il y a une autre solution que de toujours faire la politique voulue par M. Junker.
Contrairement à la liste des Républicains que nous allons connaître dans quelques jours, celle du Rassemblement national a une position claire. Nous souhaitons réorienter l’Europe vers une Europe des nations qui respecte les traditions et rend une certaine autonomie aux États. C’est la raison pour laquelle je l’ai rejointe. Et je m’y sens parfaitement à l’aise.

mercredi 23 janvier 2019

Le mirage d'un islam de France

6a00d8341c715453ef022ad3b5d533200d-320wi.jpgCe 21 janvier était annoncée pour imminente la création d'une association des musulmans pour l'islam de France l'AMIF, à vocation officielle. Saluée comme nécessaire et salutaire, aussi bien par les bien-pensants laïcistes, que par le quotidien La Croix, elle est inspirée par un brillant normalien, musulman de nationalité française, de mère protestante, Hakim el Karoui. Cette structure en projet se propose de construire un modèle bien intentionné, et qu’on juge d'avance bien en cour, mais dont on peut se demander s'il existera jamais[1].
L'AMIF militera donc pour un islam de France. Candidate à l'organisation des pèlerinages à La Mecque, qui drainent chaque année quelque 25 000 possesseurs de passeport français, elle se préoccupe également de la gestion du label halal et de la redevance correspondante. Les fonds collectés ainsi serviraient à assurer la formation d'imams français, respectueux des principes républicains et que l'on assimilerait aux ministres des autres cultes.
Première petite objection : une telle fonction ne correspond pas à la foi de Mahomet. Celle-ci ne connaît que des prédicateurs et des docteurs de la loi coranique. Elle englobe d'ailleurs la plupart des aspects concrets de la vie quotidienne. Elle n'opère pas de distinction entre le temporel et le spirituel. Or, cette seule caractéristique pose, comme chacun devrait le savoir, le problème de la citoyenneté. Et celui-ci est inscrit, en théorie, par le gouvernement dans la liste des sujets abordés dans le grand débat national.

Thierry Mariani : “La France Insoumise a choisi l’islamo-gauchisme, nous sommes à l’opposé”

Thierry-Mariani_961b97821d8f587e4d62188503a04-600x360.png
Pour Thierry Mariani, candidat RN aux élections européennes, il n’y a aucune convergence entre la France Insoumise et le Rassemblement National.

Thomas Joly en Bretagne le dimanche 3 février

50837204_10211979369819334_7610133448044314624_n.jpg

Castaner : policiers équipés de caméras… une mesure en trompe l’oeil – Journal du mercredi 23 janvier 2019


Castaner : policiers équipés de caméras… une mesure en trompe l’oeil
Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, équipe ses policiers de caméras pour éviter les bavures… une mesure artificielle alors que le gouvernement ment ouvertement sur le nombre de blessés lors des manifestations.
Parcoursup’, une deuxième édition qui angoisse toujours
VO: Après une première expérience ratée en 2018, la plateforme Parcoursup a officiellement rouvert ses portes, mardi. Une nouvelle formule corrigée qui n’efface pas les inquiétudes des futurs bacheliers.
Les GAFAs font tanguer l’UE
Alors que Bruxelles ne parvient pas à trancher sur la question de la taxation des géants du numérique, la Commission a laissé entendre que le principe d’unanimité pour les votes concernant la fiscalité pourrait être abandonné… Un tournant qui en dit long.
L’actualité en bref

Le mythe de la malédiction des richesses

6a00d8341c715453ef022ad3d4aa56200b-320wi.jpgUne omelette réussie cela ne tient pas à trois œufs et une noix de beurre. Les ingrédients matériels doivent être combinés au savoir faire du cuisinier. Et feu la mère Poulard nous pardonnerait, je l'espère, de ne pas utiliser ici l'écriture inclusive, s'agissant d'une profession où le génie masculin surpasse si souvent les bonnes recettes traditionnelles de nos chères grands-mères.
Ainsi donc, dans le métier, comme partout, règne la plus claire des inégalités.
Reconnaissons humblement que dans le mensonge propagandiste et la désinformation démagogique, la gauche reste indétrônable. On peut le mesurer dans le déferlement des appels à la restauration de l'ISF, à la faveur de la crise des Gilets jaunes, mouvement antifisc habilement détourné en programme fiscaliste.
Timidement, dans mon petit livre bleu[1] écrit en 2011 pour tenter de répondre au livre rouge de Piketty, un chapitre était consacré à l'idée que le progrès est conditionné, non par l'égalité, mais par l'inégalité. Personne ou presque n'a osé s'intéresser à l'argument.
Le mythe des 1 % ou 0,1 %[2] d'ultra-riches asservissant le pauvre monde occidental n'a donc pas fini de faire la prospérité des admirateurs du Venezuela ou du Zimbabwe et des nostalgiques de Staline ou de Mao Tsé-toung.
Mais il leur fallait encore plus : et voici une étude. Elle vient de source sûre, puisqu'elle est présentée par Winnie Byanyima, la directrice exécutive d’Oxfam International, en personne. Une ONG, lire : organisation non gouvernementale, au-dessus de tout soupçon par conséquent. Ajoutant à la précision pour mieux attiser notre effroi, elle révèle que les 26 plus riches détiennent autant d’argent que la moitié de l’humanité. Bigre.

Zoom : Thibault Kerlirzin – Greenpeace : Organisation de manipulation mondiale ?

Elle est sans doute l’une des ONG les plus connues, Greenpeace pare tous ses combats des plus beaux et des plus philanthropiques atours… Dans son ouvrage, Thibault Kerlirzin, spécialiste de la guerre économique nous livre une analyse au scalpel des actions de l’ONG. Choix des cibles, financements et communication, vous saurez tout des rouages bien huilés d’une entreprise qui fait parfois de l’écologie un business lucratif.

L’immigration, chance pour la France ou fardeau économique ?

immigration-845x475.jpg
Le Figaro présente une étude fondamentale : 2,85 millions de jeunes entre 15 et 34 ans ne sont pas en formation dans un établissement scolaire et ne travaillent pas, bref, sont totalement désœuvrés. Parmi eux, 40 % environ sont nés à l’étranger (500.000, dont 330.000 hors Union européenne) ou ont un parent né à l’étranger (590.000). Nous avons, ainsi, 25 % des jeunes issus de l’immigration qui sont inoccupés, contre 15,4 % chez les natifs de natifs (nés en France de parents nés en France).
Comme l’université est gratuite ou presque (contrairement à l’Angleterre), sans sélection comme en Allemagne ou en Espagne, que le bac est « donné », ces chiffres traduisent un chômage catastrophique chez les jeunes. Quand ils ont épuisé leurs deux à quatre années d’études possibles dans les facultés, ils ne trouvent aucun travail. En Allemagne, il n’y a que 7 % des jeunes natifs de natifs sans occupation, contre 10 % des jeunes immigrés. La situation est la même dans beaucoup de pays membres de l’Union européenne.
Selon l’INSEE, il y a 560.000 jeunes entre 15 et 34 ans nés hors de l’Union européenne. Parmi ces 560.000, 58 % ne suivent aucunes études ou sont au chômage. Un taux épouvantable. D’après le même INSEE, 25 % des étrangers (Union européenne comprise) sont sans emploi, contre 9 % pour des natifs nés de natifs, soit pour un taux de chômage de 33 % pour ceux qui sont nés hors de l’Union européenne (les Européens ont un taux de chômage semblable aux natifs de natifs). Une partie des immigrés finissent par trouver du travail, mais tardivement, après des années sans emploi.

À notre tour de les déconstruire ! – Cyril Raul (Les Identitaires)

macrondeconstruit-1021x580-600x341.png
La gauche s’acharne sans cesse à déconstruire, modeler ou redéfinir le sens des mots pour le noyer sous son idéologie. Et si nous tentions, à notre tour, de déconstruire quelques éléments clés du vieux champ lexical de la gauche ?
La gauche aime feindre de nous expliquer ce qu’est la France, mettant en avant des idées, des principes, des conceptions, des valeurs. Mais la France est d’abord et avant tout la patrie des Français. Étymologiquement, le mot « patrie » désigne le pays des pères, la terre des aïeux. Le terme ne fait pas référence à une idéologie mais à la généalogie. On ne peut pas plaquer des concepts sur la généalogie, science exacte de la filiation : on est d’une patrie ou on ne l’est pas.
La gauche fustige également sans cesse la notion de « préjugé », qui n’est pourtant ni plus ni moins qu’un jugement préalable, qui peut être bon ou mauvais. Dans un cadre socio-culturel, un préjugé peut, certes, être une marque de conformisme ou de paresse intellectuelle. Mais d’un point de vue politique, il peut aussi être un signe de sagesse qui guide l’action et prévient le danger.
Car toute prévention naît d’un préjugé. Il sauve des vies, notamment lorsque l’urgence exige la prise de décision rapide (1). La notion de préjugé n’est donc pas intrinsèquement mauvaise. Dans bien des situations, il est bon d’avoir des préjugés, souvent hérités de l’expérience du passé et de la sagesse populaire. Le fameux « bon sens paysan » est bâti sur des préjugés, préjugés d’autant plus pertinents qu’ils ont su traverser les siècles.
Un homme qui bannirait tout préjugé aurait une faible espérance de vie. En la matière, il en est des civilisations comme des hommes : on peut mourir d’une absence de préjugés, les exemples de l’immigration et de l’islamisme le montrent.

�� RÉVOLUTION ! LES GILETS JAUNES - 19/01/2019

Harcelé par LREM, le député Agnès Thill ne recule pas

Harcelé par LREM, le député Agnès Thill ne recule pas
Elle est même courageuse, alors que ses confrères appellent à l’exclure du groupe parlementaire. La décision sur son éventuelle exclusion du groupe sera prise jeudi.
En attendant, Agnès Thill tient bon contre l’extension de la PMA. Elle a comparé dans un entretien les femmes seules ayant recours à la PMA à des personnes droguées à qui on donnerait de la drogue.
«On sait bien qu’il y a des choses qui sont gênantes, comme le remboursement par la sécurité sociale, comme multiplier les femmes seules (…) Est-ce que la médecine a vocation à répondre à une envie? Un enfant ce n’est pas un médicament, c’est un être humain. Elles souffrent, j’entends bien. Mais alors, qu’est-ce qu’on fait? Si un drogué souffre on lui donne de la drogue? Est-ce qu’on donne un enfant parce qu’elle souffre? (…) Et si jamais il ne lui apporte pas le bonheur? Et si l’enfant qui naît il est très moche, il a un bec de lièvre? Et s’il ne la rend pas heureuse? C’est lui qui est responsable du malheur de sa mère?»
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a rétorqué :
«Ça suffit»
Malgré les oppositions, le député de la Dordogne Jacqueline Dubois a exigé que la «liberté de pensée» soit préservée au sein du groupe.
«Je me sentirais presque invitée à quitter le groupe si l’exclusion d’Agnès Thill était prononcée».
Sonia Krimi, député LaREM de la Manche, connue pour ses prises de position parfois en marge du groupe majoritaire, soutien également Agnès Thill.
Le président de groupe Gilles Le Gendre a mis en garde contre l’accentuation de «clivages» au sein du groupe…
Emmanuel Macron voulait que sa loi de bioéthique soit adoptée sans diviser le pays. Pour le moment, elle divise son parti…

Livres & Actualité • Demain la Dictature

1904260944.jpg
César, Musée de l'Arles antique
Un entretien avec Philippe Bornet
La dictature en France marque la fin d'un cycle. L'analyse du processus dictatorial paraît d'une intéressante actualité. 
Quelle différence entre une Dictature et une Tyrannie ?
Le Tyran ne dispose que de la potestas (puissance) ; il règne par la contrainte uniquement sans légitimité. Le Dictateur dispose de la potestas et de l’auctoritas (autorité). Disons même qu’il est le grand restaurateur de l’autorité. Le propre du Dictateur est que sa magistrature est parfaitement légale et qu’il bénéficie d’un large consensus populaire. Paradoxalement, seuls les pays libres connaissent des Dictatures. Seuls les peuples d’esclaves, capables de s’incliner sous le joug de la puissance injuste, les ignorent. Renan l’a dit et expliqué, seuls les Latins ont des Dictateurs. Les peuples germains admettent la loi du plus fort (faustrecht) : celui qui a la puissance a toujours, de facto, l’autorité.
Le recours au dictateur est-il plus ardemment souhaité par les extrêmesou par les soutiens de l’ordre établi ?
Le recours au dictateur commence généralement par une négociation dans les coulisses pour désigner le repreneur d’entreprise en faillite.  Le futur Dictateur se voit présenter un cahier des charges qui consiste généralement à reprendre le personnel politique précédent et à le reclasser. En général, les choses se passent à l’amiable et le peuple n’est convié que pour applaudir. C’est ce qui s’est passé le 18 brumaire où l’abbé Sieyès changea au dernier moment le nom du premier rôle, qui aurait pu être Moreau ou Joubert. Bonaparte était disponible, n’ayant pas d’engagement ailleurs. La question du souhait populaire n’a donc guère d’importance. Il semblerait cependant que contrairement à une idée convenue, les électeurs centristes sont peu imbus de sens démocratique comme le montre les dernières enquêtes d’opinion.

Faut-il participer au débat national ?

Grand-debat-national-Macron-se-dit-ouvert-a-des-amenagements-sur-la-limitation-a-80-km-h.jpg
Franck Timmermans,  
membre du Bureau politique du Parti de la France
Faut-il participer au fameux débat national et aborder les sujets évoqués dans les 82 questions « suggérées » aux participants ? Mélenchon a répondu NON au motif que selon lui les dès seraient pipés. Sans doute ! Et nous savons qu’il s’agit là d’abord d’une opération politicienne destinée à relancer Macron.
Mais il y a débat et donc prises de parole et la politique de la chaise vide est tout sauf politique précisément. Aussi, le Parti de la France recommande à ses adhérents et militants de participer aux réunions à titre individuel afin de tout faire pour réorienter les débats sur les vrais sujets majeurs qui engagent l’avenir du Pays. Nous savons que les media font tout pour occulter les thèmes identitaires et pour imposer l’image revendicative exclusivement sociale qu’incarneraient les Gilets Jaunes. C’est évidemment faux même si la mode syndicalo-médiatique impose le slogan « payer – et toucher + » qui ressemble plus à une devise de clients fidèles de la prostitution.
Dans la réalité, les prises de paroles seront articulées autour des 82 questions posées, ce qui traduit d’ailleurs une volonté confiscatoire du Pouvoir puisque immigration, dette publique, échelle des peines, drogue, corruption, enseignement, santé, sont à peine abordés quand ce n’est pas « oubliés ».

Discours de Marine Le Pen pour le lancement de la campagne pour les élec...