vendredi 24 avril 2015

Maurras plus que jamais vivant

Le dernier ouvrage de François-Marie Algoud collectionne des milliers de faits, autant de battements de coeur ponctuant l'histoire de l'Action française et de la France entière pendant un siècle et demi.
Le troisième tome d'Actualité et Présence de Charles Maurras de François-Marie Algoud vient enfin de paraître et l'événement fera la joie de tous nos amis ayant lu Un très grand poète (la musique des vers au service du beau et du vrai) et L'Altissime (au service de la France et de l'Église). Le titre du nouveau est en lui-même tout un programme : Le Grand Siècle de l'Action française - Faits chronologiques marquants de son histoire et de celle de la France de 1859 à nos jours (1). Comme aux précédents, tout Français qui se prévaut d'être maurrassien et d'Action française (les deux ne font-ils pas qu'un ?) devra lui donner une bonne place dans sa bibliothèque, mais plus encore aura à coeur de le lire et de le faire lire autour de soi, notamment aux jeunes générations.
Le siècle de l'Action française
Car un ouvrage de François-Marie Algoud est beaucoup plus qu'un livre. On y sent vibrer l'âme de l'auteur, ou plutôt celle de l'ami empressé à vous faire partager dans un foisonnement inouï (quand on aime on ne compte pas !) de textes, de citations, de photos, de dessins et d'anecdotes, les enthousiasmes qui ne l'ont jamais quitté depuis sa jeunesse militante, ainsi que ses colères, que rien ne peut encore apaiser, contre un régime politique qui, en dépit des avertissements du Maître, ne cesse de conduire la France à la décadence.

Le récent ouvrage (presque 500 pages), véritable travail de bénédictin, collectionne des milliers de faits qui éclairent non seulement l'histoire de l'Action française, mais de la France entière pendant un siècle et demi, car notre ami a le souci de poser des points de repère avant même la naissance de Maurras (1868) et bien après sa mort (1952), de même qu'il explore tout l'horizon social, politique, religieux, artistique de la France contemporaine, soulignant à chaque fois combien la présence, ou trop souvent, malheureusement, la mise à l'écart de l'Action française a pesé dans la tournure des événements et dans l'évolution des esprits. Permettez à votre serviteur, ayant eu l'insigne honneur de préfacer ce nouveau volume, de répéter ici que bien vite ces dates qui se télescopent, qu'on les exalte ou qu'on les déplore, apparaissent comme les battements de coeur de la France qui veut vivre, qui veut vivre selon son destin de Fille aînée de l'Église et qui n'est pas décidée à s'en laisser empêcher.
Jamais n'avait été mis aussi systématiquement en évidence cette vérité qu'il faudra bien reconnaître un jour, à savoir qu'il n'est pas un seul méfait, abandon ou scandale politique que telle action ou déclaration de l'Action française n'ait prévu, dénoncé, souvent sanctionné au prix du sang de ses militants. Léon Daudet, Jacques Bainville, Maurice Pujo, Henri Vaugeois, Maxime Real del Sarte, Georges Calzant, Pierre Juhel, Pierre Pujo sont toujours à l'oeuvre au détour de quelque page, faisant bouillonner le patriotisme en plein Quartier Latin, ou défendant le culte de sainte Jeanne d'Arc, ou réclamant la mise hors d'état de nuire de ministres corrompus...
Garder l'espérance
Que 1899 ait vu se créer la Ligue d'Action française juste après les débats catastrophiques de l'Affaire Dreyfus ; que 1908 ait vu naître L'Action Française quotidienne et aussi le comte de Paris futur héritier de la couronne de France ; que 1947 ait vu à la fois surgir le plan calamiteux Langevin-Wallon destiné à soviétiser l'école en France et renaître sous le nom provisoire d'Aspects de la France, le journal de l'Action française ; que 1968, année de tous les désordres, ait été aussi celle où le centenaire de la naissance de Maurras a été ardemment marqué par des colloques et des manifestations de toutes sortes... on dirait (et les exemples abondent) qu'à chaque élan de la république vers l'abîme, le Christ qui aime les Francs se plaît à susciter comme un clin d'oeil aux Français pour les amener à se ressaisir...
Au passage François-Marie Algoud n'hésite pas, avec sa solide érudition et sa chaude expérience des événements, à tordre le cou à bien des idées reçues sur la crise de 1926 (il n'oublie pas le rôle des carmélites de Lisieux et du pape Pie XII), ou sur les années quarante où l'Action française ne s'est jamais compromise avec l'occupant (c'est même de ses rangs que sortirent les premiers résistants dès le 11 novembre 1940).
On voit combien ce gros livre élégant et si vivant, où apparaît clairement la logique des événements, est avant tout un livre d'espérance. Les combats plus récents de l'Action française pour la France, pour sa souveraineté, pour ses départements d'outremer, pour la liberté de l'enseignement, pour le respect de la vie..., combats menés pendant tant d'années sous la conduite du très regretté Pierre Pujo qui nous a quittés le 10 novembre 2007, sont salués par François-Marie Algoud qui sait et qui montre que l'Action française n'a nullement fini son temps. On ne saurait trop le remercier de tels encouragements au soir d'une vie toute donnée à Dieu, à la France et au Roi.
Michel Fromentoux  L’ACTION FRANÇAISE 2000 du 5 au 18 mars 2009
1) - Éd.de Chiré, 484 p., 60 euros.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire